Accueil » Découvre Ton Monde » Malnutrition

Malnutrition

«En moyenne, 28% des enfants [africains] de moins de cinq ans présentent une insuffisance pondérale contre 5% en Europe Centrale et Orientale, et 38% accusent un retard de croissance contre 14% dans la même partie de l’Europe»
M. Jean Ignace Tendelet, chef de cabinet du Ministre de la Santé du Congo en ouvrant la réunion consultative des experts sur la stratégie régionale africaine de la nutrition en décembre 2006.

Les causes et risques de la malnutrition

Sur les 840 Millions de personnes touchées dans le monde, 799 Millions sont citoyens de pays sous-développés ou en voie de développement. La principale cause de sous-nutrition et de malnutrition est donc le contexte économique des pays touchés. Dans les pays développés, les situations de pauvreté s’ajoutent à l’alcoolisme, à la toxicomanie et aux troubles comportementaux comme cause de malnutrition.

Risques de la malnutrition

Un apport journalier insuffisant ou fortement déséquilibré en calories provoque un état de fatigue et de nausée prolongé, l’assèchement de la peau, des saignements des gencives et de l’estomac, des troubles du fonctionnement des organes vitaux, l’ostéoporose, des troubles de la croissance osseuse et musculaire, la perte des dents… Elle provoque par ailleurs une baisse dramatique des fonctions immunitaires (d’autant plus grave en Afrique où le VIH est un autre problème majeur), ce qui augmentent l’impact de maladies comme la malaria ou la pneumonie. La malnutrition chez la femme enceinte est souvent fatale au nourrisson, qui voit son espérance de vie à la naissance baisser dangereusement.

Les solutions d’urgence

Grâce aux dons récoltés, malheureusement encore insuffisants, des associations comme Care ou Enfants du désert fournissent des kits alimentaires et des repas au quotidien. Des bénévoles oeuvrent également pour le développement d’infrastructures agricoles et d’élevage. Par ailleurs, l’accent mis par l’OMS sur l’aspect santé de la malnutrition permet d’administrer des soins hospitaliers traditionnels aux enfants touchés par la malnutrition aigüe sévère mais aussi de leur fournir à travers des structures communautaires des aliments thérapeutiques hautement fortifiés qui peuvent être utilisés à domicile. Ces aliments énergétiques, pâteux ou friables, peuvent consommer dès l’âge de six mois sans addition d’eau, ce qui permet de réduire le risque d’infection bactérienne. Ces aliments thérapeutiques apportent les nutriments nécessaires pour traiter à domicile un enfant souffrant de malnutrition aiguë sévère, sans réfrigération et même dans des conditions d’hygiène imparfaites. La technologie permettant de fabriquer ces produits est relativement simple et peut être utilisée dans tous les pays qui connaissent des taux élevés de malnutrition aiguë sévère.

Les solutions à long terme

Le Directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, Dr Luis Gomes Sambo, plaide pour une réelle promotion de la sécurité nutritionnelle basée, entre autres, sur l’intégration de la nutrition dans les politiques et les programmes de santé; la création d’un environnement favorable à la nutrition dans les ministères, y compris l’augmentation du nombre de nutritionnistes; la réduction des pratiques alimentaires inappropriées, en particulier chez les groupes vulnérables (enfants, adolescents, femmes enceintes, mères allaitantes, personnes vivant avec le VIH).  L’intégration à part entière des problématiques de malnutrition dans la politique des pays les plus touchés s’avère cruciale pour combattre ce fléau.

Découvre ton monde

Découvrir, comprendre, approfondir...
Déposer un autre regard sur la réalité du monde