Accueil » Découvre Ton Monde » Pauvreté en France

Pauvreté en France

D’après l’Observatoire des inégalités, en France, «un individu est officiellement considéré comme pauvre quand ses revenus mensuels sont inférieurs à 645 euros, le seuil de pauvreté étant défini comme 60% du revenu médian. Pour tenir compte de la composition des ménages, on élève ce seuil en fonction du nombre de personnes du foyer (adultes et enfants, l’âge de ces derniers, de plus ou de moins de 14 ans, entrant également en compte) ».

Tous les rapports le disent, depuis 50 ans, la pauvreté n’a cessé de reculer en France. Mais la pauvreté a pris d’autres formes, d’autres visages et concernerait aujourd’hui près de 3,5 millions de personnes (INSEE, 2006). Les associations œuvrent sur tous les plans pour lutter contre cette pauvreté aux multiples facettes : comment trouver un emploi sans adresse ? Comment rester en bonne santé sans avoir un toit ? Comment étudier sans eau, sans électricité et sans chauffage ? Comment trouver du travail sans aucune formation ?

Trouver un logement


Le logement est aujourd’hui le premier poste de dépenses des ménages français. Selon ATD Quart Monde, il y aurait aujourd’hui près de 100 000 sans abri en France.
L’emploi ne protège plus de la pauvreté, même la plus extrême : en 2006, le Samu Social rapportait que la proportion des travailleurs en situation de précarité dans les centres d’accueil d’urgence représentait 16% de la population hébergée.
Des associations œuvrent pour aider ces personnes à retrouver un logement, qu’il soit temporaire – comme les centres d’accueil d’urgence, centres d’hébergement et de réinsertion sociale ou les communautés Emmaüs - ou plus durable, avec des associations comme Habitat et Humanisme ou Droit au logement qui aident les personnes en recherche de logement à en trouver. 

Se réinsérer socialement et professionnellement

De nombreuses initiatives permettent à des personnes écartées pour une raison ou pour une autre de la vie active (chômeurs longue durée, anciens détenus, personnes handicapées, personnes immigrées…) de se réinsérer progressivement dans le monde professionnel.
D’autres solutions existent, qui combinent réinsertion sociale et professionnelle : il s’agit des contrats aidés, sur des chantiers d’insertion par exemple, gérés par des associations.  Véritable transition vers le monde du travail « traditionnel », ces emplois permettent aux personnes concernées de reprendre progressivement pied dans le monde professionnel.
Ce n’est pas parce qu’on n’a pas de travail et peu d’argent qu’on n’a pas d’idées ! Chaque année, des associations comme l’ADIE (Association pour le développement de l’initiative économique) accompagnent des personnes éloignées de l’emploi dans la création de leur entreprise ! L’accompagnement est à la fois technique et financier, et ça marche !
La réinsertion sociale passe aussi par d’autres activités comme la lutte contre l’illettrisme avec des cours d’alphabétisation et de remise à niveau pour les adultes.
Enfin, la réinsertion, c’est aussi pendant et après des périodes de détention, aider les personnes qui vont sortir ou qui sont sorties de prison à reconstruire leur vie sur de nouvelles bases.

Se nourrir, s’habiller et se soigner

Outre les personnes sans-abri et très démunies, on estime à plus d’1,5 millions le nombre de travailleurs pauvres en France. Emplois précaires, familles monoparentales, allocataires des minima sociaux, autant de situations dans laquelle il peut être difficile de subvenir aux besoins vitaux des membres de la famille.
A côté des très connus Secours Populaire et Restos du Cœur, d’autres associations, souvent locales, organisent des épiceries sociales ou des banques alimentaires, parallèlement à des collectes de vêtements ou de meubles.
L’accès aux soins est aussi une problématique majeure pour ces personnes.

Briser l’isolement

Les personnes âgées sont une catégorie de personnes fortement touchées par la pauvreté, à laquelle s’ajoutent souvent l’isolement et des précarités multiples.
Au-delà de l’aide matérielle, des associations oeuvrent pour vaincre l’isolement, apporter du soutien affectif, des relations humaines à travers la gestion de résidences pour personnes âgées, qui proposent un accueil de jour ou longue durée, l’organisation d’animations spécifiques ou le parrainage.
Au sein des familles démunies, les enfants sont souvent les premières victimes de la pauvreté. Des associations et fondations organisent des séjours de vacances, à l’attention de ces enfants et adolescents.

Pour en savoir plus

Croix Rouge : L’aide aux personnes âgées isolées et dépendantes

ADIE : Rapport d’activité 2006

INSEE : Les travailleurs pauvres en France : facteurs individuels et familiaux

Découvre ton monde

Découvrir, comprendre, approfondir...
Déposer un autre regard sur la réalité du monde