Accueil » Découvre Ton Monde » Qualité de l’eau

Qualité de l’eau

“Nous ne vaincrons ni le SIDA, ni la tuberculose, ni le paludisme, ni aucune autre maladie infectieuse qui frappe les pays en développement, avant d’avoir gagné le combat de l’eau potable, de l’assainissement et des soins de santé de base”.
Kofi Annan, Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies

L’Organisation Mondiale de la Santé estime que les besoins d’un individu en eau potable sont de 15 litres par jour et par personne. Cette quantité d’eau permet de boire, de préparer la nourriture et de subvenir à l’hygiène personnelle.

Boire

Les besoins vitaux sont les plus évidents : il faut boire pour survivre, et des millions d’êtres humains ne peuvent pas satisfaire ce besoin élémentaire. 

Disposer d’eau saine

L’eau doit être disponible en quantité (le minimum vital est estimé à 3 litres par jour et par personne), mais aussi en qualité. Bénéficier d’une eau saine permet d’éviter les germes de maladies hautement pathogènes telles que les maladies diarrhéiques, qui causent 2 millions de morts chaque année.
Les méthodes de purification de l’eau, qu’elles soient mécaniques (filtration) ou chimiques, sont au point. Les outils de purification sont disponibles en quantité suffisante pour répondre aux besoins des populations les plus exposées.

L’eau pour l’hygiène

Des ressources en eau suffisantes permettent également d’évacuer efficacement les déchets (notamment les excréments) et donc d’assurer un environnement sain aux habitants. Des dizaines de milliers de décès sont dus chaque année à des maladies de type schistosomiase.
Disposer d’une quantité d’eau suffisante permet de procéder à une hygiène personnelle minimale : se laver les mains avant de manger, laver les plus jeunes, etc.
Les problématiques d’approvisionnement en eau sont particulièrement bien maîtrisées par les ONG et les organisations internationales. Il s’agit de trouver plus d’eau, en creusant des puits ou en acheminant l’eau provenant des cours d’eau proches, puis d’en assurer une répartition équilibrée à l’aide d’ouvrages d’arts, de canaux, ou grâce au transport par citerne.
L’éducation des populations occupe également une place prépondérante dans le cadre de la bataille de l’eau, notamment sur les plans de la gestion des ressources et des bonnes pratiques d’hygiène.

De l’eau en quantité, c’est plus d’eau pour nettoyer, plus d’eau pour assainir, plus d’eau pour se laver et plus d’eau pour cultiver.

De l’eau en qualité, c’est plus de ressources contre les maladies et plus d’atouts pour le développement des populations locales.

Action internationale

L’ONU a lancé en 2005 la décennie de l’eau, qui doit permettre aux gouvernements de prendre les mesures nécessaires pour atteindre un objectif clair : réduire de moitié, d’ici à 2015, le pourcentage de la population qui n’a pas accès de façon durable à un approvisionnement en eau potable. L’atteinte de cet objectif est possible en suivant une liste d’actions dont les résultats sont facilement mesurables par des critères objectifs.
La poursuite de ces objectifs est réalisée à chaque niveau par les ONG, les gouvernements, et les agences internationales.

Au niveau local, les acteurs sondent les sous-sols, creusent les puits, construisent les canaux, éduquent les populations, mettent en place les systèmes d’assainissement et de purification. Dans ce combat, toutes les volontés et les apports sont les bienvenus, en argent comme en temps.

Pour en savoir plus

Unicef : Eau, assainissement et environnement

MSF : Eau, hygiène et assainissement

OMS : Liens entre l’eau, l’assainissement, l’hygiène et la santé

ONU : Décennie internationale d’Action pour l’Eau

Découvre ton monde

Découvrir, comprendre, approfondir...
Déposer un autre regard sur la réalité du monde